Réforme électorale

En 2000, le Comité canadien de la Marche des femmes a publié un document intitulé Pour que ça change! Ce document dresse une liste de revendications faites auprès du gouvernement fédéral visant à mettre fin à la pauvreté et à la violence faite aux femmes. Toutefois, très peu des mesures revendiquées ont été adoptées.

La réponse décevante aux revendications de la Marche des femmes suggère que les stratégies politiques utilisées par le mouvement des femmes sont probablement moins efficaces aujourd’hui que par le passé.

L’ANFD a décidé d’explorer des modifications au système électoral fédéral susceptibles de ramener les dossiers d’intérêt pour les femmes au devant de la scène politique. Présentement, nous avons un système de circonscriptions dans lequel le candidat ou la candidate ayant récolté le plus de votes remporte le tout. Nous avons constaté que ce système fait en sorte qu’il y a peu de chances que les dossiers d’intérêt pour les femmes se retrouvent au cœur des préoccupations du Parlement canadien. Et ceci est vrai même lorsqu’il y a un appui populaire important pour une plate-forme alternative.

L’ANFD a examiné trois mécanismes de réforme électorale: la création d’un parti politique féministe, la mise sur pied par voie législative de la parité de genre à l’intérieur des partis politiques, et l’évolution vers un système de représentation proportionnelle.

Link To Print Friendly Version