L’ANFD décerne le Prix Shirley Greenberg à des activistes du contrôle des armes à feu de PolySeSouvient

29 février 2024
février 29, 2024

Aujourd’hui, l’Association nationale Femmes et Droit (ANFD) a annoncé qu’elle décernera son premier Prix Shirley Greenberg en reconnaissance d’un leadership exceptionnel dans la réforme féministe du droit à Nathalie Provost et Heidi Rathjen, deux activistes qui militent en faveur du contrôle des armes à feu et qui sont, depuis plus de 30 ans, à l’avant-garde de la lutte pour des lois plus strictes en la matière au Canada.

Le prix sera remis lors d’un événement organisé sur la Colline du Parlement pour marquer le 50e anniversaire de l’ANFD, une organisation qui œuvre à la protection et à la promotion des droits de toutes les femmes au Canada.

Provost et Rathjen sont récompensées pour leur engagement et leurs réalisations exceptionnelles en tant que porte-parole de longue date de PolySeSouvient, une organisation à but non lucratif qui milite pour le contrôle des armes à feu et qui a été fondée par des survivantes et des membres des familles des victimes de la tuerie de l’École polytechnique de 1989, au cours duquel 14 femmes ont été assassinées et dix autres femmes et quatre hommes blessé·es par une arme à feu.

« Le courage, le leadership et les réalisations de Provost et Rathjen au nom des survivantes et des membres des familles touchées par la tragédie de l’École polytechnique sont des éléments clés de l’effort collectif féministe qui a finalement contribué à l’adoption du projet de loi C-21, renforçant la sécurité de toutes les femmes au Canada et réduisant le risque de décès et de blessures du·es à la violence armée », a déclaré Tiffany Butler, directrice générale de l’ANFD.

« La détermination remarquable de Provost et Rathjen, qui dure depuis des décennies, à protéger la dignité humaine et le droit de chaque femme de vivre à l’abri de la violence armée, incarne les effets systémiques que peut avoir une réforme féministe du droit vigoureuse sur la réalisation d’une égalité réelle pour les femmes, quel que soit l’endroit où elles vivent au Canada – des grandes villes aux localités rurales en passant par les communautés du Nord », a souligné Butler.

« PolySeSouvient a eu le plaisir de collaborer étroitement avec la coalition “Femmes contre les violences armées” dirigée par l’ANFD, qui a vu plus de 35 organisations féministes de tout le Canada se rassembler pour lutter contre la désinformation du lobby des armes à feu. La coalition a également fait pression pour que le projet de loi C-21, considérablement amélioré grâce à l’intervention de l’ANFD, soit adopté », a déclaré Rathjen.

L’ANFD, qui célèbre en 2024 son 50e anniversaire de leadership et d’expertise juridique, a créé ce nouveau prix en l’honneur de Shirley Greenberg, avocate féministe et philanthrope avant-gardiste, championne des femmes dans la communauté juridique, qui a cofondé l’ANFD ainsi que le premier cabinet juridique entièrement composé de femmes à Ottawa.

En plus d’honorer des personnes remarquables, ce prix inspirera les membres, les sympathisant·es et les allié·es de l’ANFD à poursuivre leur travail essentiel de réforme féministe du droit.

Ces efforts consistent notamment à veiller à ce que le projet de loi C-21 soit pleinement mis en œuvre et appuyé par des règlements visant à interdire les armes conçues à des fins militaires, ainsi qu’à travailler sur de nombreuses autres questions en vue de parvenir à une égalité réelle des genres au Canada.

« La cérémonie de remise de prix de ce soir est une célébration vibrante du chemin parcouru », a déclaré Butler. « Je suis convaincue qu’en tirant collectivement parti des cinq décennies de leadership juridique et de défense de l’égalité des genres menées par l’ANFD, nous continuerons à avoir une incidence par le biais de la réforme féministe du droit au cours des 50 prochaines années – pour le bénéfice de toutes les femmes de ce pays ».

Image
Qui nous sommes
L’Association nationale Femmes et Droit est une organisation féministe sans but lucratif qui promeut les droits des femmes à l’égalité par le biais de l’éducation juridique, de la recherche, et du plaidoyer en faveur de la réforme du droit.
Partager cet article