Déclaration de l’ANFD sur les politiques anti-trans proposées par le gouvernement de l’Alberta

15 février 2024
février 15, 2024

L’Association nationale Femmes et Droit (ANFD) condamne fermement les atteintes portées par le gouvernement de l’Alberta aux droits des jeunes trans et des jeunes de la diversité de genre. Les politiques annoncées par la première ministre de l’Alberta Danielle Smith auront pour effet de réduire l’accès des jeunes trans et des jeunes de la diversité de genre aux services de santé nécessaires et souvent vitaux.

Ces politiques causeront un préjudice aux jeunes trans et aux jeunes de la diversité de genre de l’Alberta en limitant l’utilisation d’inhibiteurs de puberté, en limitant l’utilisation des traitements hormonaux, en limitant l’accès à une éducation sexuelle inclusive et en exigeant des écoles qu’elles informent les parents si les enfants demandent à être appelé·es par un nom ou un pronom autre que ceux qui leur ont été attribués à la naissance. Ces politiques ont été adoptées sous prétexte de protéger les enfants et les jeunes, mais cette position est insoutenable car ces politiques nuiront aux enfants et aux jeunes qu’elles prétendent protéger et contredisent directement les conseils des éducateur·ices et des médecins.

Depuis des décennies, les femmes s’opposent aux lois qui limitent ou restreignent leur accès aux soins de santé reproductive, dévalorisent leur vie, ignorent leurs propres aspirations et portent atteinte à leur sécurité personnelle. Qu’il s’agisse de l’accès aux services d’avortement ou aux soins d’affirmation de genre, personne ne devrait se voir refuser des soins de santé en raison de son identité. Personne ne devrait voir son identité niée.

Ces politiques sont contraires à l’Alberta Human Rights Act et à la Charte canadienne des droits et libertés, et constituent une menace pour la santé et la sécurité des jeunes trans et des jeunes de la diversité de genre, qui deviendront plus vulnérables et risqueront davantage de subir des préjudices.

Si ces politiques visent particulièrement les personnes trans et les personnes de la diversité de genre, nombre d’entre elles compromettront également la santé et le bien-être de tous·tes les enfants et les jeunes de l’Alberta. En particulier, laisser les parents choisir de faire participer ou non leurs enfants aux discussions scolaires sur la sexualité, l’orientation sexuelle et l’identité de genre empêchera une éducation sexuelle efficace et une éducation au consentement, et stigmatisera toutes les personnes 2SLGBTQI+ et leurs familles.

L’ANFD croit en un monde où chaque jeune peut s’épanouir et vivre en sécurité, et nous continuerons à nous opposer aux politiques qui menacent les droits de la personne au Canada.

Image
Qui nous sommes
L’Association nationale Femmes et Droit est une organisation féministe sans but lucratif qui promeut les droits des femmes à l’égalité par le biais de l’éducation juridique, de la recherche, et du plaidoyer en faveur de la réforme du droit.
Partager cet article