The Importance of Respecting the Substantive Equality Rights of Lesbians NAWL’s presentation to the Standing Committee on Justice and Human Rights, Bill C-23 L’importance de respecter les droits des lesbiennes à l’égalité matérielle

Présentation de l’ANFD au Comité permanent de la justice et des droits de la personne.
Les lesbiennes sont des femmes qui éprouvent parfois un lourd fardeau de préjugés, d’irrespect et de violence du fait que nous aimons et cohabitons avec d’autres femmes. Révéler son identité

Lesbians are women who, simply by the fact that we love and live with other women, sometimes experience a heavy burden of prejudice, disrespect and violence. Coming out at any time makes a lesbian vulnerable. Silence and invisibility is often the only viable strategy, yet it carries a heavy toll and places us in a position of constant vulnerability.

Lesbians share specific experiences with women, as women: diminished social and economic status, sexist wage discrimination, a division of labour along sexist lines, the brunt of racism and the edge of poverty. Lesbian sexuality is systematically represented in the pornographic form, lesbians get raped, sexually harassed in the workplace, fired when pregnant and are dependant on child support. But the fact that we are lesbians may make us more vulnerable to different forms of discrimination. Sometimes, paradoxically, this may help us to confront it.

We are women who have stepped outside the bounds assigned to our gender. And yet we fall in love, commit to relationships, create families and sometimes have kids together. Lesbians yearn to be recognized, and to have our individual and collective realities honoured and respected. In this, we aspire to universal claims to dignity and freedom. Bill C-23 is a symbolic step in that direction.

Bill C-23 purports to establish formal equality for gay and lesbian couples. While we do not discount the value of formal equality, this Bill is incomplete and fails to live up to its own promise in this regard. Indeed, it maintains the ongoing ban on lesbian and gay marriage, despite the fact that the Supreme Court has stated that governments must respect the equality of same-sex spouses.

We are concerned that this Bill will negatively impact the substantive equality rights of lesbians. However, NAWL has not had the opportunity to conduct an in-depth study of this aspect of Bill C-23, given the expeditious nature of the process relating to its passage. Nevertheless, we wish to draw your attention to the following problems.

We are concerned about the omissions in the recognition of equality rights of lesbians in family law. For example, the federal, provincial and territorial governments have apparently failed to co-ordinate on necessary reforms in the area of adoption, custody and access, the fair division of property rights and matrimonial assets.

NAWL fears that the changes to the definition of spouse in the Income Tax Act will result in a tax grab for the government. Although some lesbians will pay less tax, many will pay more and this will result in an overall benefit to the government. In particular, those in relationships where both partners have relatively low incomes will lose the most. Entitlement to the GST tax credit and the Child Tax Benefit is based on joint family income and as the income of the couple increases, entitlement to either of these tax credits diminishes and disappears. This will mean loss of the GST tax credit for many of those with low incomes who are currently receiving the credit as individuals. The most negative impact will be experienced by lesbians, because women tend to earn less than men do.

Lesbians couples in which one partner is economically dependent on the other will benefit from being included as common law partners because they will have access to the spousal tax credit and be able to transfer unused tax credits to their partners. However, we are concerned that this Bill will in effect force some lesbians to live within a patriarchal family model that is predicated on one partner executing most of the unpaid labour in the family and thus becoming a “dependant”. Because of government cuts to public services, there have been more and more demands on the unpaid labour traditionally done by women in the family. Lesbian families have to deal with these same pressures, and they will now have fiscal incentives as well as legal imperatives to structure themselves like traditional families. This traditional division of labour has not been beneficial to wives, often limiting their economic freedom, and increasing their social isolation and vulnerability to spousal violence. Will lesbians ultimately benefit from this model?

In the present context, the state is relying more heavily on the family and on the spouse to provide basic economic security and social services, and recent Supreme Court decisions in the area of family law have been expanding the scope of the spousal support obligations after divorce (Moge, Bracklow.). This Bill will therefore thrust lesbians into a system where they will have to start suing each other for support and compensation. What interests do lesbians have in relinquishing their claim against the state and relying primarily on their spouse and their families? This question is indeed of concern to all women.

Experience has shown that forcing women to rely on their spouses and ex-spouses for their basic economic and social well being is not an avenue of empowerment and equality and it makes us more vulnerable to abuse of power and spousal violence. This approach also guarantees class and race inequalities and posits that each woman’s right to have her needs met will be determined by the means, situation and, to a large extent, good-will of her ex-husband. Forcing women to depend on their spouses for their basic economic security places us in a position where our human rights entitlements are subject to individual capacity and whim.

NAWL believes that we need to collectively reassess the economic role of marriage in Canadian society, in light of Charter and international human rights law obligations to universally accessible and publicly funded social security programs.

The Supreme Court of Canada has clearly stated that government action must not limit itself to formal equality: law and policy must be tailored to take into consideration their impact on the substantive equality rights of disadvantaged groups that are protected by section 15 of the Charter. We are concerned that this Bill may not ultimately achieve this objective.

NAWL recommends that, at the very least, a preamble be drafted for this Bill, on the model of the preambles to Bills C-49 and C-46, acknowledging past and ongoing discrimination against lesbians and women, and clearly stating government’s intention to achieve the effective protection of lesbians’ substantive equality rights.

We also recommend that an opting out provision be added to the Bill, sufficiently tailored to allow for lesbian autonomy and choice vis-à-vis the heterosexual model of the family.

Finally, should this Bill be adopted in the absence of a full and complete analysis of its impact on the substantive equality rights of lesbians, NAWL recommends that a provision be added obligating the government to evaluate the Bill’s impact within five years.

Andrée Côté is NAWL’s Director of Legislation and Law Reform

Présentation de l’ANFD au Comité permanent de la justice et des droits de la personne.

Les lesbiennes sont des femmes qui éprouvent parfois un lourd fardeau de préjugés, d’irrespect et de violence du fait que nous aimons et cohabitons avec d’autres femmes. Révéler son identité équivaut toujours à se rendre vulnérable à la désapprobation, la discrimination et la violence. Le silence et l’invisibilité sont souvent la seule stratégie viable, malgré son prix onéreux et le risque constant qu’elle nous impose.

Les lesbiennes partagent avec les femmes certaines expériences spécifiques. La sexualité lesbienne est systématiquement représentée dans la pornographie; les lesbiennes sont elles aussi violées, harcelées sexuellement au travail, congédiées lorsque enceintes, et elles dépendent de pensions alimentaires pour enfants. Les lesbiennes partagent le statut socio-économique des autres femmes. Nous souffrons de la même discrimination salariale sexiste et de la même répartition sexiste des emplois, nous connaissons le poids du racisme et le tranchant de la pauvreté. Le fait d’être lesbiennes peut nous rendre plus vulnérables aux diverses formes de discrimination et parfois, paradoxalement, nous aider à confronter ces injustices.

Nous sommes des femmes qui avons transgressé les limites assignées à notre genre. Et pourtant, nous tombons amoureuses, nous nous engageons dans des relations, nous créons des familles et nous avons parfois des enfants ensemble. Les lesbiennes aspirent à être reconnues et à voir leurs réalités individuelles et collectives honorées et respectées. En cela nous aspirons aux droits universels à la dignité et à la liberté. Ce projet de loi constitue un pas dans cette direction.

Le projet de loi C-23 prétend offrir l’égalité formelle aux couples gais et lesbiens. Sans minimiser le poids de cette égalité, nous trouvons que le projet de loi est incomplet et ne remplit pas ses promesses à cet égard. Il va jusqu’à maintenir l’interdit actuel des mariages lesbiens et gais, même après l’arrête de la Cour suprême statuant que les gouvernements doivent respecter l’égalité des conjoints de même sexe.

Nous sommes également inquiètes des répercussions du projet de loi sur les droits des lesbiennes à l’égalité matérielle. Il faut signaler que l’ANFD n’a pu examiner à fond cet aspect du projet en raison du processus expéditif assigné à son adoption. Nous tenons néanmoins à souligner les problèmes suivants.

Nous nous inquiétons des omissions de la reconnaissance des droits à l’égalité des lesbiennes en droit de la famille. Par exemple, les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont apparemment échoué à coordonner les réformes qui s’imposent dans les domaines de l’adoption, de la garde et du droit de visite et du partage équitable des droits de propriété et des actifs matrimoniaux.

L’ANFD craint que les changements apportés à la définition de conjoint dans la Loi de l’impôt sur le revenu se soldent par une ponction fiscale à l’avantage de l’État. Certaines lesbiennes paieront moins d’impôt, mais beaucoup d’entre nous en paieront plus, créant un profit net pour le gouvernement. Les couples qui perdront le plus seront ceux où les deux conjoints ont des revenus relativement bas. Le droit au crédit pour TPS et la prestation fiscale pour enfants dépendent du revenu familial conjoint et diminuent ou disparaissent avec l’augmentation du revenu commun. Cela signifiera la perte du crédit pour TPS pour beaucoup des personnes à faible revenu qui reçoivent ce crédit à titre individuel. Cet impact risque d’affecter surtout les lesbiennes, puisque les femmes tendent à gagner moins que les hommes.

Les couples lesbiens où une partenaire est économiquement dépendante de l’autre vont bénéficier de la reconnaissance comme conjointes de fait en ayant accès à la déduction fiscale de conjoint et en pouvant transférer à leur partenaire leurs crédits d’impôt inutilisés. Cependant, nous sommes soucieuses de voir le projet de loi imposer à certaines lesbiennes de rallier un modèle familial patriarcal, qui charge une des conjointes de la majorité des tâches non salariées de la famille, en faisant ainsi une « dépendante ». Les coupures apportées par le gouvernement aux services sociaux ont entraîné une demande sans cesse accrue pour le travail non salarié traditionnellement effectué par les femmes au sein de la famille. Les familles lesbiennes doivent composer avec les mêmes pressions et elles auront maintenant des incitatifs fiscaux et des impératifs juridiques à se structurer en famille traditionnelle. Cette forme classique de partage du travail n’a pas été bénéfique aux épouses, limitant souvent leur liberté économique et accroissant leur isolement social et leur vulnérabilité à la violence conjugale. Les lesbiennes bénéficieront-elles de ce modèle en bout de ligne?

Aujourd’hui, l’État compte de plus en plus lourdement sur la famille et sur les conjoints pour assurer la sécurité économique et les services sociaux, et des arrêts récents de la Cour suprême en droit de la famille ont étendu la portée des obligations d’entretien d’un conjoint après le divorce (Moge, Bracklow). Ce projet de loi poussera donc les lesbiennes dans un système où elles devront de plus en plus s’intenter des poursuites pour obtenir soutien et compensation. Quel intérêt les lesbiennes ont-elles à se désister de leur droit envers l’État pour s’en remettre avant tout à leur conjointe et à leur famille? Il s’agit d’une question qui intéresse en fait toutes les femmes.

S’il faut en croire les leçons du passé, le fait de forcer les femmes à s’en remettre à leur ex-conjoint pour leur bien-être économique et social essentiel ne leur confère ni puissance ni égalité; au contraire, cela nous rend plus vulnérables aux abus de pouvoir et à la violence conjugale. Cette optique reconduit également les inégalités raciales et de classe et réduit le droit de chaque femme à la satisfaction de ses besoins aux moyens, à la situation et, pour une large part, à la bonne volonté de son ex-époux. Forcer les femmes à dépendre d’un-e partenaire pour leur sécurité économique de base nous place dans une position où des droits humains fondamentaux deviennent sujets à la capacité et au caprice individuels.

L’ANFD considère qu’il nous faut réévaluer collectivement le rôle économique du mariage dans la société canadienne, à la lumière de la Charte et des obligations internationales sur les droits des personnes à des programmes sociaux universels et financés par l’État.

La Cour suprême du Canada a clairement statué que les gouvernements ne devaient pas se limiter à établir une égalité de pure forme; la loi et les politiques adoptées doivent être façonnées de façon à tenir compte de leur impact sur les droits à l’égalité matérielle des groupes défavorisés protégés par l’art. 15 de la Charte. Nous craignons que ce projet de loi reste en deçà de cet objectif en bout de ligne.

L’ANFD recommande, à tout le moins, l’ajout d’un préambule au projet de loi, semblable aux préambules intégrés aux projets de loi C-49 et C-46, où le gouvernement ferait état de discrimination passée et actuelle infligée aux lesbiennes et aux femmes et où il énoncerait clairement sa volonté de protéger efficacement les droits des lesbiennes à l’égalité matérielle.

Nous recommandons également l’ajout au projet de loi d’une clause de retrait, rédigée de façon à laisser aux lesbiennes une autonomie et un choix face au modèle hétérosexuel de la famille.

Enfin, si ce projet de loi devait être adopté en l’absence d’une analyse pleine et entière de son impact sur les droits des lesbiennes à l’égalité matérielle, l’ANFD recommande qu’une clause y soit ajoutée obligeant le gouvernement à évaluer les incidences de la nouvelle loi d’ici cinq ans.

Andrée Côté est Directrice des affaires juridiques à l’ANFD

Andrée Côté