NAWL calls on Mr. Harper to respect International Law on Social and Economic Rights

In 1976 Canada ratified the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights. Yet, despite having ratified this Covenant 30 years ago, little progress has been achieved for the most vulnerable groups in Canadian society.

Right Honorable Stephen Harper
Prime Minister of Canada
House of Commons
Ottawa

Prime Minister Harper,

As you know, in 1976 Canada ratified the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights. This Covenant commits Canada to promote the “progressive realization” of the right an adequate standard of living, including food, housing and clothing, the right to work, to health and to education, for example.

Yet, despite having ratified this Covenant 30 years ago, little progress has been achieved for the most vulnerable groups in Canadian society: women working full-time still earn on average only 71% of what men earn, women are more likely to be in part-time, temporary or multiple jobs, and they are less likely to have pensions and other benefits. Despite the sharp increase in employment rates of women, we still do two thirds of the unpaid domestic work in our families. Women make up a disproportionate number of poor Canadians, and in 2000, 36% of Aboriginal women, 23% of immigrant women, 29% of women of colour and 26% of women with disabilities lived in poverty. Women’s poverty has gender-specific consequences: poor women are less autonomous, and have more difficulty in escaping abusive relationships, and a weakened capacity to fully participate in social and political life.

Every four years, the federal government must report to the United Nations on the progress that it has made towards implementing the rights guaranteed in this Covenant. In August 2005 Canada submitted its fifth report to the United Nations Committee on Economic, social and Cultural Rights. In the Spring of 2006, NAWL and the Feminist Alliance for International Action (FAFIA) jointly submitted our “alternative report” to the Committee, outlining the areas where the Canadian government has failed to respect the economic, social and cultural rights of women. On May 19 2006, the Committee released its Concluding Observations, and it made several recommendations to the federal government.

The Committee found that Canada’s human rights performance is deficient in crucial ways, and noted “the absence of any factors or difficulties preventing the effective implementation of the Covenant in the State party.” The message is clear: Canada has the necessary resources to fulfill Covenant rights and is not doing so.

The Committee noted with regret that Canada has not implemented the recommendations that it had made 1993 and 1998 and it strongly urged that the federal government address the following subjects of concern:

  • End discrimination against aboriginal women in matters relating to Indian Status, Band membership and matrimonial property;
  • Provide adequate child care services, so that women can exercise their right to work, and parents can balance work and family life;
  • Eliminate the exploitation and abuse of domestic workers who are under the federal Live-In Caregiver Program;
  • Establish social assistance at levels which ensure the realization of an adequate standard of living for all;
  • Adopt pay equity legislation;
  • Provide greater access and improved benefit levels to all unemployed workers;
  • Prohibit the claw-back of the National Child Benefit Supplement from parents receiving social assistance;
  • Address homelessness and inadequate housing through social housing programs, and ensure that women leaving abusive relationship can access housing and appropriate supports;
  • Conduct an overall assessment of the situation of African-Canadians in order to adopt a targeted program of action to realize their rights under the Covenant;
  • Ensure that civil legal aid be provided to poor people to defend their economic, social and cultural rights;
  • Expand the mandate of the Court Challenges Program to permit funding of test case litigation against provincial laws that violate constitutional equality rights;

NAWL believes that all of these recommendations are crucial, and their implementation will go a long way in promoting equality for women from different communities and regions across Canada. What makes them more important is that they not only reiterate recommendations made by this Committee made in 1993 and 1998, but they echo similar recommendations made to Canada by the Committee on the Elimination of Discrimination Against Women in 2003 and the Human Rights Committee in 2005. We are writing to urge you to direct your ministers and your officials to immediately implement these recommendations.

We also urge you to ensure that all of the Covenant rights be enforceable through legislation and policy measures, and that independent monitoring and adjudication mechanisms be established, as recommended by the Committee. Indeed, your government’s commitment to accountability measures must extend beyond domestic obligations to Canada’s international commitments.

In its pledge filed with the High Commissioner for Human Rights prior to election to the Human Rights Council, Canada promised to give “serious consideration to the recommendations of the treaty bodies.” We believe that serious consideration should begin with examination of the Committee’s Concluding Observations by a Parliamentary Committee, with full and open consultation with non-governmental organizations, including women’s organizations.

Finally, we also want to remind you that the Committee repeatedly stated that it is important to involve civil society – organizations such as NAWL and other equality-seeking groups- in the follow-up on its recommendations. We would like to assure you of our continued interest in doing so, and we would welcome the opportunity to meet with you and to discuss the role that NAWL could play in such an important process.

Yours truly,

Andrée Côté

Director of Legislation and Law Reform
National Association of Women and the Law

cc.:
Honorable Bev Oda, Minister of Canadian Heritage and Status of Women
Honorable Vic Toews, Minister of Justice and Attorney General of Canada
Honorable Jean-Pierre Backburn, Minister of Labour
Honorable Monte Solberg, Minister of Citizenship and Immigration
Honorable Diane Finley, Minister of Human Resources and Social Development
Honorable Jim Prentice, Minister of Indian Affairs and Northern Development
Honorable James Flaherty, Minister of Finance

 

En 1976, le Canada a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Pourtant, bien qu’il ait ratifié ce Pacte il ya 30 ans, peu de progrès ont été réalisés pour les groupes les plus vulnérables de la société canadienne.

Le Très Honorable Stephen Harper
Premier Ministre du Canada
Chambre des Communes
Ottawa

Monsieur le Premier Ministre,

Comme vous le savez, le Canada a ratifié le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels. Il s’est engagé de ce fait à «assurer progressivement» le plein exercice du droit à un niveau de vie décent, y compris une nourriture, un vêtement et un logement suffisants, du droit au travail et du droit à la santé et à l’éducation, entre autres.

Pourtant, même si le Canada a ratifié cet instrument il y a 30 ans, la situation des groupes les plus vulnérables de la société canadienne n’a guère progressé: les salariées à plein temps ne gagnent que 71% de la rémunération des hommes, les femmes sont plus susceptibles d’occuper des emplois à temps partiel, temporaires ou cumulés, et ont donc moins accès aux pensions et autres avantages sociaux. Malgré une hausse marquée des taux d’emploi chez les femmes, celles-ci assument encore les deux tiers du travail ménager non rémunéré. Les femmes constituent un pourcentage disproportionné des personnes pauvres et en l’an 2000, 36% des femmes autochtones, 23% des femmes immigrantes, 29% des femmes de couleur et 26% des femmes handicapées vivaient dans la pauvreté. Cette situation a des conséquences sexospécifiques: les femmes pauvres sont moins autonomes, moins en mesure de se libérer de relations abusives et violentes, et moins capables de participer pleinement à la vie sociale et politique.

Tous les quatre ans, le gouvernement fédéral doit rendre compte devant les Nations Unies des mesures qu’il a prises pour mettre en œuvre des droits garantis dans le Pacte. En août 2005, le Canada a déposé son cinquième rapport périodique devant le Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies. Au printemps 2006, l’ANFD et l’Alliance féministe pour l’action internationale (AFAI) ont soumis au Comité un «rapport parallèle» qui mettait en relief les domaines dans lesquels le Canada n’avait pas respecté les droits économiques, sociaux et culturels des femmes. Le 19 mai 2006, le Comité a rendu publiques ses observations finales et émis plusieurs recommandations à l’intention du gouvernement canadien.

Le Comité constate que la performance du Canada laisse beaucoup à désirer à plusieurs égards et souligne que rien ne s’oppose à la pleine mise en œuvre du Pacte dans ce pays. Le message est clair: le Canada dispose des ressources nécessaires pour assurer le plein exercice des droits garantis dans le Pacte, mais il n’agit pas en ce sens.

Le Comité déplore que le Canada n’ait donné suite à aucune des recommandations qu’il lui avait adressées en 1993 et en 1998, et il invite fermement le gouvernement fédéral à s’attaquer de manière efficace aux problèmes suivants:

  • mettre fin à la discrimination à l’endroit des femmes autochtones en ce qui touche à leur statut d’Indiennes, leur appartenance à une bande et leurs droit de propriété conjugale;
  • offrir des services de garde pour enfants pour permettre aux femmes d’exercer leur droit au travail et aux parents de concilier travail et vie de famille;
  • éliminer l’exploitation des travailleuses domestiques admises au Canada en vertu du Programme fédéral des aides familiaux résidents;
  • hausser les barèmes d’assistance sociale à un niveau assurant un niveau de vie décent pour toutes et tous;
  • adopter une loi sur l’équité salariale;
  • élargir l’accès aux prestations d’assurance-emploi et hausser les prestations pour toutes les personnes au chômage;
  • ne plus autoriser la récupération du Supplément de la prestation nationale pour enfants auprès des familles bénéficiaires de l’aide sociale;
  • s’attaquer à l’itinérance et aux problèmes de logement en instaurant des programmes de logements sociaux, et assurer que les femmes qui cherchent à se libérer de relations violentes aient accès à un logement et à des services de soutien;
  • entreprendre une analyse détaillée de la situation des Afro-Canadiens en vue d’élaborer un programme d’action ciblé de manière à concrétiser leurs droits reconnus dans le Pacte;
  • assurer l’accès à l’aide juridique pour toutes les personnes pauvres pour qu’elles puissent défendre leurs droits économiques, sociaux et culturels;
  • élargir le mandat du Programme de contestation judiciaire pour qu’il finance des causes types contestant les lois provinciales qui contreviennent aux droits à l’égalité garantis dans la Constitution.

Pour l’ANFD, les recommandations du Comité arrivent à point nommé et auront pour effet de promouvoir l’égalité pour les femmes des différentes communautés et régions du pays. Ce qui leur donne encore plus de poids, c’est que non seulement elles reprennent les recommandations adressées au Canada en 1993 et en 1998, mais qu’elles font écho à des recommandations similaires émises par le Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes et le Comité des droits de l’homme. Nous vous invitons donc aujourd’hui à demander à vos ministres et vos fonctionnaires de leur donner suite sans délai.

Nous vous demandons en outre d’assurer l’applicabilité des droits reconnus dans le Pacte par l’adoption de mesures législatives et politiques, et de mettre en place des mécanismes indépendants de surveillance et de recours, conformément aux recommandations du Comité. L’engagement de votre gouvernement à mettre en place des mesures d’imputabilité ne doit pas se limiter aux politiques internes et doit aussi viser les engagements pris par le Canada à l’échelle internationale.

Avant l’élection au nouveau Conseil des droits de l’homme, le Canada s’est engagé auprès du Haut-Commissaire aux droits de l’homme à prendre sérieusement en considération les recommandations des organes chargés de la surveillance de l’application des traités. En ce sens, il devrait commencer par confier à un comité parlementaire le soin d’étudier les observations finales du Comité des droits économiques, sociaux et culturels en y associant pleinement et dans un esprit d’ouverture les organisations non gouvernementales, y compris les groupes de femmes.

Enfin, nous désirons vous rappeler que le Comité a insisté à plusieurs reprises pour que la société civile — des organismes comme l’ANFD et d’autres groupes de promotion de l’égalité — soit associée au suivi des recommandations qu’il adresse à votre gouvernement. Nous sommes, soyez-en assuré, toujours prêtes à y participer et accueillerons avec plaisir toute invitation à vous rencontrer pour discuter du rôle que l’ANFD pourrait jouer dans ce processus.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de ma profonde considération.

Andrée Côté

Directrice des Affaires juridiques
Association nationale Femmes et Droit

cc.:
Honorable Bev Oda, ministre du Patrimoine canadien et de la Condition féminine
Honorable Vic Toews, ministre de la Justice et procureur général du Canada
Honorable Jean-Pierre Backburn, ministre du Travail
Honorable Monte Solberg, ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration
Honorable Diane Finley, ministre des Ressources humaines et du Développement social
Honorable Jim Prentice, ministre des Affaires indiennes et du Nord canadien
Honorable James Flaherty, ministre des Finances