Conservative Government Trying to Silence Women’s Groups

Conservative Government Trying to Silence Women’s Groups
Le gouvernement conservateur tente de réduire les organisations de femmes au silence
In September 2006, NAWL was forced to shut its doors for one month because of delays in the approval of our Status of Women Canada funding application. On September 22, we were greatly relieved when the Honourable Bev Oda, Minister responsible for the Status of Women, confirmed that we would receive funding, albeit for only twelve months.

En septembre 2006, l’ANFD a été forcée de fermer ses portes durant quelques semaines suite aux délais dans l’approbation de notre demande de financement auprès de Condition féminine Canada. Le 22 septembre, nous avons été très soulagées d’apprendre que l’honorable Beverley Oda, ministre responsable de la […]

In September 2006, NAWL was forced to shut its doors for one month because of delays in the approval of our Status of Women Canada funding application. On September 22, we were greatly relieved when the Honourable Bev Oda, Minister responsible for the Status of Women, confirmed that we would receive funding, albeit for only twelve months.

However, on September 25 the government announced a 5 million dollar cut to the budget of Status of Women Canada (SWC). This cut will not directly affect the Women’s Program, which funds NAWL and other women’s groups. But it will drastically reduce SWC’s capacity to sponsor independent research, to ensure that other ministries take into account the impact of their policies on women and to report to the United Nations on Canada’s international commitments to women.

On October 2, NAWL, FAFIA and other national and provincial groups held a press conference in Saint-John, New-Brunswick. We asked Ministers on the Status of Women from across the country to speak out against this budget cut. A joint statement was presented to the Ministers, and we trust that several ministers will engage the federal Government on this issue. On this occasion, NAWL had prepared the following press release. On October 2, women’s groups were also informed that the Women’s Program was officially renewed on September 27 for a five years term. However, the government has drastically changed its mandate. SWC will no longer be funding advocacy and lobbying. NAWL and other equality-seeking groups met with Minister Oda on October 3, to convey our profound disappointment with this new policy. A press release was issued on October 4.

A month-long campaign leading up to December 10th, International Human Rights Day and the 25th anniversary of Canada’s ratification of the UN Convention on Elimination of all forms of Discrimination against Women (CEDAW), took on a new urgency following the announcement that the government was further restricting the work of women’s groups by closing 12 out of the 16 Status of Women offices across the country.

On December 1, NAWL wrote to the Prime Minister Harper to call him to actively pursue the progressive realization of women’s human rights. On December 6, NAWL did a presentation to the Standing Committee on the Status of Women regarding the regressive changes to the Women’s Programme. OnDecember 10, the Coalition for Women’s Equality organized a Rally and March for women’s rights, for equality, for access to government and the courts in Ottawa. At the National Press Club, NAWL and Coalition partners released the December 10th Statement for Women’s Equality and Human Rights signed by several hundreds of local, provincial and national organizations, and sent a strong message to Harper: reverse the cuts, uphold equality rights.

En septembre 2006, l’ANFD a été forcée de fermer ses portes durant quelques semaines suite aux délais dans l’approbation de notre demande de financement auprès de Condition féminine Canada. Le 22 septembre, nous avons été très soulagées d’apprendre que l’honorable Beverley Oda, ministre responsable de la Condition féminine, confirmait notre financement, mais pour une période de douze mois seulement.

Toutefois, le 25 septembre, le gouvernement annonçait des coupures de 5 millions de dollars au budget de Condition féminine Canada (CFC). Ces coupures n’affecteront pas directement le Programme de promotion de la femme, qui finance l’ANFD et d’autres organisations de femmes. Mais elles réduiront gravement la capacité de CFC à commander des recherches indépendantes, visant à s’assurer de la prise en compte par les autres ministères de l’impact sur les femmes de leurs politiques et à faire rapport aux Nations Unies quant aux engagements internationaux du Canada envers les femmes.

Le 2 octobre, l’ANFD, l’AFAI et d’autres organisations nationales et provinciales ont tenu une conférence de presse à Saint John, au Nouveau-Brunswick. Nous avons demandé aux ministres responsables de la Condition féminine de tout le pays de protester contre cette coupure budgétaire. Une déclaration conjointe a été présentée aux ministres, et nous avons bon espoir que plusieurs d’entre elles alerteront le gouvernement fédéral à cet enjeu. À cette occasion, l’ANFD a rédigé un communiqué de presse qui fait état de l’importance de soutenir le travail des organisations de défense des droits des femmes.

Le 2 octobre, les organisations de femmes apprenaient également que le Programme de promotion de la femme avait été officiellement renouvelé le 27 septembre pour une période de cinq ans. Le gouvernement a toutefois radicalement transformé son mandat. CFC ne financera plus de projets de défense de droits et de lobbying.

Le 3 octobre, l’ANFD et d’autres organisations oeuvrant pour l’égalité, rencontraient la ministre Oda pour lui faire part de leur profonde déception face à cette nouvelle politique. Un communiqué de presse a été émis le 4 octobre.

Une campagne pan-canadienne d’un mois qui culminait le 10 décembre, Journée internationale des droits de la personne et 25e anniversaire de la ratification par le Canada de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDEF), prenait un nouvel élan lorsque le gouvernement Harper annonçait la fermeture de 12 des 16 bureaux régionaux de Condition féminine Canada.

Le 1er décembre, l’ANFD faisait parvenir une lettre à Harper pour le prier de poursuivre activement la réalisation progressive des droits humains des femmes. Le 6 décembre, l’ANFD donnait son opinion au Comité permanent sur la Condition féminine concernant les changements au Programme de promotion de la femme. Le 10 décembre, la Coalition pour l’égalité des femmes organisait à Ottawa un ralliement en faveur de l’égalité, des droits humains et de l’accès des femmes au gouvernement et aux cours de justice. Juste avant celui-ci, au Club des journalistes d’Ottawa, l’ANFD et ses partenaires de la coalition rendaient publique la Déclaration du 10 décembre pour l’égalité et les droits humains, appuyée par des centaines de groupes locaux, provinciaux et nationaux, et envoyaient un message clair au gouvernement Harper: renversez les coupures, défendez les droits à l’égalité!

[7] [women-and-politics-les-femmes-et-la-politique] Women and Politics / Les femmes et la politique
conservative-government-trying-to-silence-womens-groups
138
le-gouvernement-conservateur-tente-de-reduire-les-organisations-de-femmes-au-silence
women’s program, status of women, status of women canada, SWC, closure of nawl