A Mandate of Equality: Women and Electoral Reform

Pursuing electoral reform is an important issue for equality-seeking women in Canada, and is the main focus of the following paper. The limitations of the current First Past the Post (FPP) electoral structure will be examined from the perspective of the Canadian women’s movement and its policy priorities. Furthermore, three mechanisms for political change will be investigated according to the ability for elected representatives to pursue a feminist policy agenda, including the establishment of a national Feminist Party, the implementation of gender parity within the existing political parties, and the introduction of proportional representation. The possibility of fully realizing a women’s equality agenda within the federal legislature is doubtful without a means by which increased numbers of feminist women are elected to the Canadian Parliament, and are thereby sanctioned to participate in public policy debates on the basis of their feminist principles, regardless of party.

Read this Paper as a Word Document or a PDF .

Un mandat d’égalité : Les femmes et la réforme électorale

La réforme du processus électoral est un enjeu important pour les femmes qui souhaitent instaurer l’égalité au Canada. C’est le thème central du présent document, où nous comptons examiner les lacunes de la structure électorale actuelle, le scrutin majoritaire uninominal (SMU), du point de vue […]

La réforme du processus électoral est un enjeu important pour les femmes qui souhaitent instaurer l’égalité au Canada. C’est le thème central du présent document, où nous comptons examiner les lacunes de la structure électorale actuelle, le scrutin majoritaire uninominal (SMU), du point de vue du mouvement féministe canadien et de ses priorités politiques. Nous allons également nous pencher sur trois mécanismes de réforme politique pour juger de la capacité qu’ils offrent ou non à des représentantes élues de promouvoir un programme politique féministe. Ce sont la création d’un parti féministe national, la mise en place d’une parité dans les partis existants, et l’introduction d’une représentation proportionnelle. Il est peu probable que l’on arrive un jour à actualiser des mesures réelles d’accès des femmes à l’égalité de genre par des voies parlementaires à moins de trouver une façon d’y faire élire un plus grand nombre de féministes, qui seront ainsi mandatées à participer aux débats politiques sur la base de leurs principes féministes, quelle que soit leur allégeance de parti.

Lire ce document comme un document Word ou un fichier PDF.