Women’s Human Rights on Indian Reserves / Les droits humains des femmes sur les réserves auto

Women’s Human Rights on Indian Reserves
Les droits humains des femmes sur les réserves autochtones
On Indian Reserves, women’s human rights can be violated without any legal remedy. NAWL’s working group on Aboriginal Women’s Rights urges the federal government to take immediate action to ensure that women’s matrimonial property rights are fully recognized and respected on Reserves.

Sur les réserves autochtones, les droits humains des femmes peuvent être violés sans aucun recours juridique. Le group de travail de l’ANFD sur les droits des femmes autochtones a poussé le gouvernement fédéral à prendre sans délai des mesures pour assurer que le droit des […]

On Indian Reserves, women’s human rights can be violated without any legal remedy. NAWL’s working group on Aboriginal Women’s Rights urges the federal government to take immediate action to ensure that women’s matrimonial property rights are fully recognized and respected on Reserves.

Senator Shirley Maheu, Chair
Standing Senate Committee on Human Rights

Friday October 17, 2003

Madame Chair,

I am writing to you in the name of the National Association of Women and the Law, concerning the issue of matrimonial property on reserve. NAWL was planning on submitting our comments and recommendations to the Standing Senate Committee on Human Rights on November 17, but we understand that you will be considering an Interim Report next Monday, on October 20. Given the pressing nature of our concerns on the impact of the current federal laws and practices on women’s equality rights, we would like to share some of our thoughts in this letter, for your immediate consideration.

As most of the women who have testified before this Committee in the last few weeks have pointed out, and as several United Nations Committee have concluded, the living conditions on reserve are in a state of perpetual crisis: extreme poverty, lack of housing, unemployment and bad working conditions, violence and poor health. These hard living conditions are compounded by the pervasiveness of racism in the neighbouring communities, of ongoing discrimination in society at large and the legacy of oppression and exclusion engendered by colonialist laws, chief of which is the Indian Act itself.

Genocide and systemic violence and abuse have created a culture of abuse, destroying traditional egalitarian practices, values and legal custom. Women’s inequality on reserve is the result of social, economic, political and legal conditions that remain for the most part unchanged, and the reform of the matrimonial property regime on reserve will only address a small part of the problem, albeit an important one for women. For this reason, NAWL recommends that the Senate urge the federal government to look into long term solutions, that recognize the inherent sovereignty of First Nations peoples, engaging in a democratic and open process that includes the equitable participation of women and their political representation through organizations that represent their interests. The federal government must also invest all necessary resources in supporting healthy, strong, egalitarian and autonomous First Nations communities across Canada.

As several experts have already pointed out to this Committee, the legal framework imposed on First Nations Peoples in the XIX century, legislatively sanctioned women’s subordination and second class status in reserves across Canada. Historically, the federal government has shown a complete disregard for the human rights of women, and its current policies still reflect an almost complete lack of interest in promoting Aboriginal women’s equality rights. If it finally did change the reviled rule of s. 12 (1) b) of Indian Act, striping women of their Indian status if they married out of their community, it is only after years of litigation, the provision in 1983 of an additional guaranty for Aboriginal women’s equality rights in section 35(4) of Canada’s Constitution, followed by an explicit condemnation from the United Nations in the Lovelace case, in 1985.

However, Aboriginal women’s situation on reserve remains desolate. As Joyce Courchene, President of Nongom Ikkwe, the Indigenous Women’s Collective of Winnipeg testified before the Royal Commission on Aboriginal People: “Presently the women in our communities are suffering from dictatorship governments that have been imposed on us by the Indian Act. We are oppressed in our communities. Our women have no voice, nowhere to go for appeal processes. If we are being discriminated against within our community or when we are being abused in our communities, where do the women go?…The Royal Commission to date has not heard the true story of Aboriginal women’s oppression. The women are afraid to come out and speak in a public forum such as this. We are penalized if we say anything about the oppression that we have to undergo in our community.”

Federal government laws and policies have not only extinguished or imperilled Aboriginal women’s rights to Indian status and band membership, but it has placed most of the land it holds in trust for the benefit of Canada’s First Nations, in the hands of a few men. Indeed, DIAND officials have admitted that most certificates of possession to residential housing on reserve are in the possession or the control of men. Yet, there are no provisions in the Indian Act stipulating how men must share with women their interest in the matrimonial home. There is a complete legal vacuum on the issue, indicative of a complete disregard for the rights and interests of women on reserve. It is as if the legal regime on reserve has not evolved since 1876 when the Indian Act was first adopted, and men are still simply presumed to hold possession of the home, while women have no recourse or remedy, even in the worst cases of violence or abuse. Indeed, even when women have custody of the children, they will not have the right to live in the family residence if their spouse holds the certification of possession.

Federal government law and policies in effect have created geographic areas where women’s human rights can be suspended or violated without any legal remedy. This regime applies to Aboriginal women and non-Aboriginal women alike, as soon as they are not Band members and do not have a certificate of possession. The federal government has created this situation, and it is NAWL’s contention that it now has the responsibility and obligation to remedy the inequalities and injustices that have been engendered. Indeed, ongoing inaction by the federal government is providing a license for some Bands to violate women’s most basic equality rights.

For many years, the Native Women’s Association of Canada and Québec Native Women have been urging the federal government to respect and promote women’s equality rights on reserve, and in particular to remedy the problems caused by its legislative omissions on matrimonial property on reserve. NAWL has also denounced the federal government’s inaction on this issue in several fora, in particular before the United Nation’s Committee on Economic, Social and Cultural Rights in 1998, the United Nations Human Rights Committee in 1999 and in collaboration with the Feminist Alliance for International Action, the United Nations Committee on the Elimination of Discrimination Against Women in 2002. All of these instances have blamed Canada for its neglect of Aboriginal peoples most basic human rights. Last January, the CEDAW Committee expressed it’s concerns “that the First Nations Governance Act currently under discussion does not address remaining discriminatory legal provisions under other Acts, including matrimonial property rights, status and band membership questions which are incompatible with the Convention”. It urged Canada to “accelerate it’s efforts to eliminate de jure and de facto discrimination against Aboriginal women both in society at large and in their communities”.

Government inaction on this issue is simply no longer acceptable. NAWL joins our voice to NWAC, NWQ and other national and provincial Aboriginal women’s organizations requesting that the Federal government take immediate action to ensure that women’s interests in the matrimonial home be fully recognized and respected. We support NWAC’s call to “referentially incorporate provincial legislation that protects women’s rights upon marital breakdown”, as well as it’s recommendation that the Land Management Act “should be amended to require that Band Codes protect the matrimonial property rights of First Nations individuals to the same extent as individuals governed by provincial matrimonial laws”.
As NWAC has stated in its brief to this Committee, “the effect of not having equal matrimonial property rights is particularly severe for women living with violence”. NAWL supports the recommendations that have been made toward ensuring that interim measures be available in cases of violence against women. Aboriginal women face more violence in their lives than any other group. For example, the Native Women’s Association of Nova Scotia found in 1997 that over 75% of Mi’kmaq women had experienced violence in their lives. The Abbot report, that has been submitted to this Committee clearly shows most Aboriginal women who leave their reserve, leave on separation and usually because of domestic violence. The Royal Commission on Aboriginal Peoples also concluded that a majority of Aboriginal migrants to urban centers are women, and that the displacement of these women occurs most often due to physical violence or sexual abuse. RCAP also pointed out that the inability to stay in their matrimonial home is a “further complicating factor” for women when a marriage fails.
There is an immediate crisis that needs immediate attention, and there seems to be a strong consensus amongst Aboriginal women’s organizations that amending the Indian Act to referentially incorporate provincial family law is one way of addressing this crisis in the immediate. Ensuring that women have access to justice, and providing for emergency funding for the housing and other needs of women and their children are also priority actions that could be undertaken by the government.

Of course, long-term solutions will also need to be explored, to promote substantive, egalitarian change. Some of the issues that need to be addressed include the endemic housing crisis on reserve, ensuring women’s safety from male violence, addressing problems in membership codes and mobility issues, the granting of Indian Status to children. This will need to be examined in the context of a recognition of Aboriginal People’s inherent right to self-determination

I would like to thank you for your attention, and hope that you will agree with us that immediate action is necessary to respect and promote Aboriginal women’s equality rights on reserve.

Patti Doyle Bedwell

For the Aboriginal Women’s Rights Working group
National Association of Women and the Law

Sur les réserves autochtones, les droits humains des femmes peuvent être violés sans aucun recours juridique. Le group de travail de l’ANFD sur les droits des femmes autochtones a poussé le gouvernement fédéral à prendre sans délai des mesures pour assurer que le droit des femmes aux biens matrimoniaux soit reconnu et respecté sur les réserves.

Le vendredi 17 octobre 2003

Madame Shirley Maheu, sénateur
Présidente
Comité senatorial permanent des droits de Ia personne

Madame le Sénateur,

Je vous écris au nom de l’Association nationale de la femme et du droit (ANFD) au sujet du problème des biens matrimoniaux dans les réserves autochtones. L’ANFD prévoyait exposer ses préoccupations et ses recommandations au Comité sénatorial permanent des droits de la personne le 17 novembre, mais nous croyons savoir que le Comité examinera un rapport provisoire lundi prochain, le 20 octobre. Étant donné l’urgence de nos craintes à l’égard de l’effet des lois et usages fédéraux actuels sur le droit des femmes à l’égalité, nous vous écrivons pour vous faire part de nos opinions sur la question afin que vous en soyez informée sans tarder.

Comme l’ont signalé la plupart des femmes que votre Comité a entendues ces dernières semaines, et comme plusieurs comités des Nations Unies l’ont conclu, les conditions de vie dans les réserves constituent une crise perpétuelle: extrême pauvreté, manque de logements, chômage et mauvaises conditions de travail, violence et problèmes de santé, difficultés aggravées par l’omniprésence du racisme dans les collectivités voisines, la permanence des préjugés et de la discrimination dans la société en général et l’héritage d’oppression et d’exclusion légué par les lois colonialistes du Canada et, surtout, de la plus notoire d’entre elles, la Loi sur les Indiens elle-même.

Le génocide et la violence systémique dont les Autochtones sont victimes ont engendré une culture caractérisée par la violence et ont sapé leurs usages, leurs valeurs et leur coutume juridique traditionnellement égalitaires. L’inégalité qui est le lot des femmes vivant dans les réserves découle de conditions sociales, économiques, politiques et juridiques dont la plupart n’ont jamais change, et la réforme du régime des biens matrimoniaux qui fait loi dans les réserves, bien qu’elle ne résoudrait qu’une modeste partie du problème, serait un grand pas en avant pour les femmes. L’ANFD recommande donc au sénat d’exhorter le gouvernement fédéral de chercher des solutions à long terme qui tienne compte de la souveraineté inhérente des Premières nations et de s’engager dans un processus démocratique et transparent auquel les femmes puissent participer et où elles puissent se faire représenter politiquement par des organismes voués à la défense de leurs intérêts collectifs. Le gouvernement fédéral doit aussi investir toutes les ressources nécessaires pour garantir la santé, la vigueur, l’égalité et l’autonomie aux collectivités de Premières nations de l’ensemble du Canada.

Comme plusieurs experts l’ont déjà signalé à votre comité, le cadre juridique impose aux membres des Premières nations dans la Loi sur les Indiens a toujours sanctionne La subordination de la femme et son maintien dans un statut de citoyenne de second ordre dans toutes les réserves indiennes du pays. Les droits de La femme en tant qu’être humain ont toujours parfaitement indifféré le gouvernement fédéral, dont les politiques actuelles traduisent encore un manque presque total d’intérêt pour la promotion de l’égalité des droits des femmes autochtones. Ce n’est qu’après des années de litiges, l’ajout d’une garantie supplémentaire à l’égard de l’égalité des droits des femmes autochtones au paragraphe 35(4) de la Constitution, en 1983, et la condamnation non équivoque des Nations Unies dans l’affaire Lovelace qu’il a enfin, en 1985, modifie la règle abhorrée énoncée à l’alinéa 12(1)b) de la Loi sur les Indiens qui retirait leur statut d’Indiennes aux femmes qui épousaient un homme n’appartenant pas à leur réserve. Cette mesure du gouvernement fédéral constituait le redressement le plus modeste qu’il pouvait accorder et a eu pour effet de créer, aux paragraphes 6(1) et (2) de La Loi sur les Indiens, un nouveau régime en vertu duquel hommes et femmes sont maintenant prives les uns autant que les autres du statut d’Indiens qu’ils possèdent de droit.

Le gouvernement fédéral ne s’acquittant pas de ses responsabilités constitutionnelles et fiduciaires envers elles, La situation des femmes autochtones qui vivent dans les réserves demeure navrante. Comme Joyce Courchene, présidente de Nongom Ikkwe, le groupement des femmes autochtones de Winnipeg, l’a dit devant La Commission royale sur les peuples autochtones, « [à] l’heure actuelle, les femmes de nos collectivités souffrent par la faute de gouvernements dictatoriaux qui nous ont été imposes par la Loi sur les Indiens. Nous sommes opprimées au sein de nos collectivités. Nos femmes ne peuvent faire entendre leurs voix, elles n’ont personne vers qui se tourner pour faire appel. Si nous souffrons de discrimination dans nos collectivités ou lorsque nous sommes victimes de violence au sein de nos collectivités, vers qui pouvons-nous nous tourner? […] Jusqu’à ce jour, la Commission royale n’a pas entendu La vérité sur l’oppression des femmes autochtones, car elles ont peur de se montrer et de s’exprimer dans une tribune publique comme celle-ci. Nous sommes pénalisées si nous osons dire quelque chose sur ce que nous subissons dans nos communautés »

Les lois et les politiques du gouvernement fédéral n’ont pas seulement éteint ou mis en péril les droits des femmes autochtones au statut d’Indienne et à l’appartenance à leurs bandes, elles ont place La majeure partie des terres qu’il détient en fiducie dans l’intérêt des Premières nations du Canada entre les mains d’une poignée d’hommes. Des fonctionnaires du MAINC ont en effet admis que, dans les réserves, La plupart des certificats de possession relatifs aux logements appartiennent à des hommes ou sont contrôlés par des hommes. Pourtant, rien dans la Loi sur les Indiens ne précise comment les hommes doivent partager leur intérêt dans le foyer matrimonial avec les femmes. Il y a sur ce point un vide juridique qui trahit une indifférence complète à l’égard des droits et des intérêts des femmes des réserves. C’est comme si le régime juridique en vigueur dans les réserves n’avait pas évolué depuis 1876, année de l’adoption de La Loi sur les Indiens, et qu’on présumait encore tout bonnement que le foyer matrimonial appartient aux hommes, alors que les femmes n’ont aucun recours, même quand elles subissent les pires violences ou mauvais traitements. En fait, même quand elles ont la garde de leurs enfants, elles n’ont pas le droit de vivre dans le foyer familial si le certificat de possession est établi au nom de leur mari.

Les lois et politiques fédérales ont en fait créé des zones géographiques dans lesquelles les droits fondamentaux des femmes peuvent être suspendus ou violés sans qu’elles puissent compter sur le recours de la loi. Toutes les femmes subissent ce régime, qu’elles soient autochtones ou non, qu’elles vivent ou non dans les réserves, et toutes celles qui ne sont pas titulaires d’un certificat de possession. Le gouvernement fédéral étant La cause de cette situation, l’ANFD soutient qu’il lui incombe maintenant de remédier aux inégalités et aux injustices qui en découlent. En effet, son inertie persistante encourage certaines bandes à ignorer l’égalité des femmes dans les droits les plus fondamentaux.

Il y a longtemps que l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) et l’Association des femmes autochtones du Québec (AFAQ) demandent instamment au gouvernement fédéral de respecter et de promouvoir l’égalité des droits des femmes dans les réserves et surtout de régler les problèmes engendrés par Les lacunes de ses Lois en ce qui concerne les biens matrimoniaux dans les réserves. L’ANFD a égaLement dénoncé son inaction dans ce dossier devant plusieurs groupes de réflexion, notamment le Comité des droits économiques, sociaux et culturels des Nations Unies, en 1998, le Comité des droits de l’homme des Nations Unies, en 1999 et, de concert avec l’Alliance canadienne féministe pour L’action internationale, le Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes, en 2002. Toutes ces assemblées ont fustigé Le Canada pour avoir fait fi des droits les plus fondamentaux de ses Autochtones. En janvier dernier, le dernier comité précité, le CEDAW, a en substance dit déplorer que La loi sur la gouvernance des premières nations alors à l’étude à la Chambre n’abroge pas les dispositions discriminatoires qui subsistent dans d’autres Lois — notamment à l’égard des droits sur les biens matrimoniaux et du statut d’Indien et l’appartenance aux bandes — et qui sont incompatibles avec la Convention, et il a exhorté le Canada de redoubler d’efforts pour mettre fin à La discrimination de droit et de fait dont sont victimes les femmes autochtones dans la société en général et dans les coLlectivités autochtones »

L’inaction du gouvernement dans ce dossier est totalement inadmissible. L’ANFD joint sa voix à celles de L’AFAC, de L’AFAQ et d’autres organismes nationaux et provinciaux représentant les femmes autochtones pour exiger du gouvernement fédéral qu’il prenne des mesures immédiates afin d’assurer La reconnaissance et le respect des intérêts des femmes dans les biens matrimoniaux. Nous souscrivons à La revendication de I’AFAC demandant en substance d’incorporer par référence la législation provinciale qui protége les droits des femmes dans l’éventualité de la rupture du mariage de même qu’à sa recommandation proposant en substance de modifier la loi sur La gestion foncière de manière à y exiger que les codes d’appartenance à L’effectif des bandes protègent les droits des membres des Premières nations à l’égard des biens matrimoniaux dans la même mesure que ceux des personnes relevant des Lois matrimoniales des provinces.

Ainsi que l’AFAC l’a écrit en substance dans un mémoire soumis à votre comité, le problème de l’absence de droits égaux à l’égard des biens matrimoniaux pénalise surtout les femmes qui vivent dans un foyer violent. L’ANFD souscrit aux recommandations

proposant de prévoir des mesures d’aide provisoires à l’intention des femmes victimes de violence conjugale. Les femmes autochtones subissent plus de violence dans leur vie que n’importe quel autre groupe. Par exemple, l’Association des femmes autochtones de La Nouvelle-Écosse a constaté en 1997 que plus de 75 % des femmes mi’kmaq avaient subi des violences à un moment ou à un autre de leur vie. Le rapport Abbott, qui a été soumis à votre comité, montre clairement que la plupart des femmes autochtones qui quittent leur réserve le font après une séparation et habituellement à cause des violences qu’elles subissaient dans Le foyer conjugal. La Commission royale sur les peuples autochtones (CRPA) a conclu que La majorité des Autochtones qui quittent Leur reserve pour aller s’établir en centre urbain sont des femmes et qu’elles le font le plus souvent parce qu’elles sont victimes de violences physiques ou sexuelles chez elles. Elle a également signalé qu’après l’échec de leur mariage, l’impossibilité de continuer de vivre dans le foyer conjugal aggrave encore la situation des femmes.

Une crise sévit, qui requiert une attention immédiate, et les organisations de femmes autochtones semblent toutes s’entendre sur le fait que modifier La Loi sur les Indiens en y incorporant par référence les lois familiales des provinces serait une bonne façon de l’atténuer dans l’immédiat. Garantir aux femmes autochtones l’accès à la justice et prévoir des fonds d’urgence pour répondre à leurs besoins et à ceux de leurs enfants en matière de logement et d’alimentation sont d’autres mesures que le gouvernement devrait prendre en priorité.

De toute évidence, pour arriver à changer les lois quant au fond et à conférer l’égalité aux femmes, il faudra aussi examiner des solutions à Long terme. Il faut notamment régler La crise endémique du logement dans les réserves, mettre les femmes à l’abri de la violence masculine, corriger les défectuosités des codes d’appartenance à l’effectif des bandes ainsi que les problèmes de mobilité et garantir le statut d’Indien aux enfants. Tout ceLa devra être examine dans Le contexte de la reconnaissance du droit inhérent des peuples autochtones à 1’autodétermination.

Je tiens à vous remercier de votre attention et j’espère que vous conviendrez avec nous que l’égalité des droits des femmes autochtones dans les réserves ne sera reconnue, respectée et promue que moyennant des mesures immédiates.

Patti Doyle Bedwell

Pour l’Aboriginal Women’s Rights Working Group
Association nationale de la femme et du droit

Patti Doyle Bedwell
[9] [open-letters-lettres-ouvertes-au-gouvernement] Open Letters / Lettres ouvertes au gouvernement
womens-human-rights-on-indian-reserves
158
mise-a-jour–les-femmes-et-la-loi-sur-limmigration-et-la-protection-des-refugies
women’s matrimonial property, reserves, indian reserves, aboriginal women, matrimonial property on reserve, first nations, section 35(4), Canada’s Constitution, Lovelace case