Bill C-22, An Act to Amend the Divorce Act / Devenir Membre

Bill C-22, An Act to Amend the Divorce Act
Devenir Membre

Bill C-22 proposed amendments to the Divorce Act that could have a huge impact on women’s lives as well as on those of their families. NAWL wrote to Minister of Justice in French and to the Standing Committee on Justice and Human Rights in English to share our thoughts on Bill C-22.

Le projet de loi C-22 pourrait transformer la vie des femmes et de leurs familles et ce pour de nombreuses années à venir. L’ANFD a communiqué avec le ministre de la Justice en français pour lui transmettre une analyse du projet de loi C-22.

Bill C-22 proposed amendments to the Divorce Act that could have a huge impact on women’s lives as well as on those of their families. NAWL wrote to Minister of Justice in French and to the Standing Committee on Justice and Human Rights in English to share our thoughts on Bill C-22.

Letter to Minister of Justice in French available as a PDF.
Letter to the Standing Committee on Justice and Human Rights available below:

Mr. Irwin Cotler, MP
Member of the Standing Committee on Justice and Human Rights
House of Commons
Parliamentary Buildings
Ottawa (On) K1A 0A6

July 16, 2003

Dear Mr Cotler

I am writing in the name of the National Association of Women and the Law with respect to Bill C-22, An Act to Amend the Divorce Act.

This Bill has the potential to have a significant impact on families across Canada for many years to come. We agree that changes are needed. The present Divorce Act does not reflect the experiences, needs and concerns of all family members equally. In particular, it does not acknowledge the reality that, in most families, mothers are the primary caregivers both before and after separation and that violence against women is the experience of women in many families. The “maximum contact” principle contained in the present legislation underlines how little the Act understands these realities.

Bill C-22 takes some important steps in the right direction of ensuring that the interests of all members of the family are protected upon marriage breakdown. We are happy to see:

➢ the elimination of the maximum contact principle
➢ the introduction of criteria to be used in applying the best interests of the child test: in particular, past caregiving history, violence within the family and cultural consideration
➢ the absence of a shared parenting provision

We encourage you to support these provisions contained in Bill C-22, as they enhance the rights of all family members and do not take away the rights of any.

However, Bill C-22 falls short in some areas. We have grave concerns about:

➢ the elimination of the terms custody and access. Changing this familiar language will create confusion in our courts and increase litigation as courts (and families) struggle to understand what is meant by the undefined concept of “parental responsibility,” which is the new term introduced in Bill C-22. The current terms of custody and access should be maintained. If that is not possible, then the new legislation must:
• clearly tie together the responsibilities of caregiving and decision making
• provide clear guidance as to where a child will actually reside
• identify how “supervised parenting” will work
• address the gap that will arise between the new terms and the child support guidelines
• make appropriate provisions to protect children from international kidnappings;

➢ the narrow definition of “family violence” contained in the best interests of the child test. Presently, Bill C-22 identifies only physical violence. Both sexual and psychological abuse should also be included. Violence risk factors need to be identified. Supervised access/visits should be provided for in cases of family violence;
➢ the possibility of shared parenting becoming a de facto reality. The circumstances in which shared parenting and/or decision-making are inappropriate must be spelled out and a presumption against shared parenting in cases of family violence must be added;
➢ the absence of any reference to race and ethnic origin in the best interests test. These should be added to the list that now exists. Further, reference to Aboriginal heritage should appear in its own paragraph in order to specifically address the balance that must be achieved to effectively respect and promote the collective rights of Aboriginal peoples and the equality rights of Aboriginal women, as well as the best interests of each specific child;
➢ the lack of provisions to ensure women’s access to justice. Mediation must never be mandatory. Legal aid services must be viewed as a right and funded accordingly. All family court personnel, including judges and lawyers, must receive mandatory training in family law, violence against women and the impact of that violence on children.

Finally, to ensure that the new Divorce Act is interpreted and applied appropriately, it should begin with a Preamble that recognizes the historic and ongoing inequality of women and the disproportionate responsibilities for childcare assumed by women in many families. It must also acknowledge the ongoing experiences of racism and its negative impact on racialized communities and Aboriginal peoples, as well as the pervasiveness of discrimination based on sexual orientation, disability and class. It must promote the human rights of all Canadians as protected by sections 7, 15 and 28 of the Canadian Charter of Rights and Freedoms, as well as by international agreements such as the Declaration on the Elimination of Violence Against Women, the Convention on the Elimination of All Forms of Discrimination Against Women, the Convention on the Elimination of Racial Discrimination and the Beijing Platform for Action.

The Preamble should also contain a provision mandating an annual report to Parliament of the application of the Divorce Act, including a gender-based analysis of the impact of the Act on women and children.

Bill C-22, once passed, will have a profound impact on divorcing families for many years to come. Now is the time to ensure that it is written in such a way as to protect the interests of the most vulnerable – most often, women and children. We strongly urge you to support those sections of the Bill that move positively in this direction and call for changes to those that do not.

In short, we recommend that you support legislation that keeps the current notions of custody and access, that improves the definition of the best interests of the child test to better protect children and their caregivers, that adds a Preamble that provides an equality rights framework and that ensures women and children have access to justice.

Finally, Mr Cotler, we are hoping that you will help ensure that as many women and equality-seeking groups are invited to present their submission to the Standing Committee as possible. It is very important that this Committee not be overwhelmed by fathers rights advocates, as has happened in other hearings, in the past.

I am enclosing a copy of the Brief (in English and in French) that we have prepared on Bill C-22 which provides greater elaboration on all of the above points. I thank you for your interest in this issue, and I hope that NAWL can count on your support.

Yours very truly,

Andrée Côté
Director of Legislation and Law Reform

Le projet de loi C-22 pourrait transformer la vie des femmes et de leurs familles et ce pour de nombreuses années à venir. L’ANFD a communiqué avec le ministre de la Justice en français pour lui transmettre une analyse du projet de loi C-22.

Honorable Martin Cauchon
Ministre de la Justice
Gouvernement du Canada
Chambre des Communes
Ottawa, K1A 0A6

16 juillet 2003

Monsieur le Ministre

Je vous écris au nom de l’Association nationale de la femme et du droit, au sujet du projet de loi C-22, Loi modifiant la loi sur le divorce.

Ce projet de loi pourrait transformer la vie des femmes et de leurs familles et ce pour de nombreuses années à venir. Certes, des changements s’imposent : la Loi sur le divorce ne tient actuellement pas compte du fait que dans la plupart des familles, les mères sont les principales pourvoyeuses des soins aux enfants, et que la violence conjugale demeure un fléau qui affectent des centaines de milliers de femmes à travers le Canada. Une des illustrations du peu de considération accordée à ces réalités est le principe du « maximum de contacts » qui est inscrit dans la Loi actuelle.

Le projet de loi C-22 représente une amélioration à certains égards, notamment en ce qui concerne les questions suivantes:

  • l’élimination du principe du maximum de contacts
  • l’introduction de facteurs définissant le critère du meilleur intérêt de l’enfant: notamment, l’historique des soins apportés aux enfants, la violence au sein de la famille et la prise en compte des facteurs culturels et du patrimoine autochtone
  • l’absence d’une présomption de garde partagée obligatoire.

Nous vous encourageons défendre ces éléments importants du projet de loi C-22 puisqu’ils améliorent les droits de tous les membres de la famille, sans nuire à aucun d’entre eux.

Toutefois, le projet de loi C-22 présente des lacunes importantes à certains égards. Nous sommes gravement préoccupées par les problèmes suivants:

  • L’élimination des notions de garde et de droit de visite. L’abandon de ces notions va susciter de la confusion dans nos tribunaux et accroître le nombre de litiges alors que les juges s’efforceront de définir ce que signifie la notion de « responsabilité parentale », introduite dans le projet de loi C-22. Les expressions actuelles de garde et droit de visite devraient être maintenues. Si cela s’avère impossible, alors il serait important de:
    • clairement relier les responsabilités de pourvoi de soins et de prises de décisions concernant l’enfant
    • fournir des directives précises sur le lieu de résidence de l’enfant
    • identifier les modalités du « temps parental supervisé »
    • résoudre les incohérences entre la nouvelle Loi sur le divorce et les Lignes directrices sur les pensions alimentaires pour enfants
    • établir des dispositions appropriées pour protéger les enfants contre les enlèvements internationaux.
  • La définition restreinte de la « violence familiale » qui figure dans le critère du meilleur intérêt de l’enfant. Présentement, le projet de loi C-22 ne reconnaît que la violence physique. On devrait tenir également compte de la violence sexuelle et psychologique. Les facteurs de risque de violence doivent être identifiés nommément. Des mécanismes de contacts/visites supervisés doivent être prévus pour les situations de violence familiale.
  • L’établissement d’une présomption de fait en faveur de la garde partagée. Il importe de bien énoncer des circonstances où le partage du temps parental ou de la responsabilité décisionnelle seraient contre-indiqués. Il faudrait également prévoir une présomption contre la garde partagée dans les situations de violence familiale.
  • L’absence de toute référence à la race ou à l’origine ethnique dans l’évaluation du meilleur intérêt de l’enfant. Ces facteurs devraient être ajoutés à ceux proposés dans le projet de loi. De plus, la référence au patrimoine autochtone devrait figurer dans un paragraphe distinct afin de mieux respecter et promouvoir les droits collectifs des Peuples autochtones, les droits à l’égalité des femmes autochtones de même que le meilleur intérêt des enfants.
  • L’absence de dispositions pour garantir l’accès des femmes à la justice. La médiation ne doit jamais être obligatoire. Les services d’aide juridique doivent être considérés comme un droit et recevoir un financement adéquat. Le personnel des tribunaux de la famille, y compris les juges et les avocates et avocats, doivent bénéficier d’une formation obligatoire sur la violence contre les femmes, le racisme et les autres formes de discrimination, ainsi que l’impact de ces dynamiques sur les enfants.

Finalement, pour assurer une interprétation et une application égalitaire de la nouvelle Loi sur le divorce, nous sommes d’avis que l’on devrait y ajouter un préambule qui reconnaisse l’inégalité historique et persistante des femmes et la charge disproportionnée qui incombe aux femmes pour les soins aux enfants dans bon nombre de familles. Ce préambule doit également reconnaître la persistance du racisme et ses effets négatifs sur les collectivités racialisées et les Peuples autochtones, de même que la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, le handicap et la classe sociale. Le préambule doit promouvoir les droits humains protégés par les articles 7, 15 et 28 de la Charte canadienne des droits et libertés, de même que par les instruments internationaux comme la Déclaration sur l’élimination de la violence contre les femmes, la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes, la Convention sur l’élimination de la discrimination raciale et le Programme d’action de Beijing.

On devrait également ajouter une disposition exigeant la remise au Parlement d’un rapport annuel concernant l’application de la Loi sur le divorce, y compris une analyse différenciée selon le sexe des incidences de cette loi sur les femmes et sur les enfants.

Le projet de loi C-22, une fois adopté, aura pour de nombreuses années une influence énorme sur les familles confrontées au divorce. C’est dès aujourd’hui que nous devons nous assurer de rédiger cette loi de manière à protéger les intérêts des personnes les plus vulnérables de notre société, qui sont le plus souvent des femmes et des enfants. Nous vous demandons avec insistance d’appuyer les articles du projet de loi qui constituent un pas dans la bonne direction, tout en exigeant la modification des dispositions qui ne sont pas susceptibles de promouvoir une interprétation juste et égalitaire de la Loi sur le divorce.

En résumé, nous vous recommandons de maintenir les notions actuelles de garde et de droit de visite, d’améliorer la définition proposée du meilleur intérêt de l’enfant, afin de mieux protéger les enfants et leurs principales pourvoyeuses de soins, d’ajouter un préambule faisant référence aux droits à l’égalité et autres droits humains, et de garantir l’accès des femmes et des enfants à la justice.

Nous joignons à cet envoi une copie du mémoire que nous avons préparé à l’intention du Comité permanent sur la justice et les droits de la personne sur le projet de loi C-22, qui vous fournira plus de précisions sur les questions que nous venons d’aborder.

Nous aimerions beaucoup vous rencontrer pour discuter plus avant de ces questions au cours du mois de septembre prochain.

Veuillez agréer, Monsieur le ministre, l’expression de notre plus sincère considération.

Andrée Côté
directrice, Affaires juridiques
ANFD

Andrée Côté
[9] [open-letters-lettres-ouvertes-au-gouvernement] Open Letters / Lettres ouvertes au gouvernement
bill-c-22-an-act-to-amend-the-divorce-act
156
la-defense-de-provocation
divorse act, divorce act, bill c-22, maximum contact, best interests of the child, best interest of the child, shared parenting, shared parental responsibility, custody, access, child custody, custody and access